Les forêts enchantées,  Morbihan

Concoret, Le chêne à Guillotin

Classé Arbre Remarquable depuis 2017, il aurait entre 800 et 1000 ans ! Il en impose par son tronc tout boursouflé qui avoisine les 10 m. de circonférence ! Il est la propriété de Conconret, il est entretenu et soigné par l’ONF.

Pour cet ancêtre des arbres de Brocéliande, les légendes ont eu bon train.

 

A l’origine, il était nommé le chêne des rues Eon.

Un rapport à Eon de l’Etoile, un hérétique du 12ème siècle qui aurait caché un trésor à l’intérieur du tronc et qui devait vivre en ermite dans la forêt de Brocéliande,  non loin du château du Rox  !

Un peu prophète, un peu sorcier, il était de nature à piller les demeures de Dieu pour les redistribuer aux plus pauvres.  On sait seulement de lui, qu’il a été condamné pour hérésie par le pape au Concile de Reims en 1148 et que son « ermitage » a été détruit après ça. Le château quant à lui est toujours là mais il est privé et ne se visite pas.

 

Plus près de nous…

Nous sommes en 1791 en pleine Révolution, tous les religieux doivent prêter serment. L’abbé Pierre Paul Guillotin prête serment mais pas entièrement, on le remarque donc à cette période. Il officie tout de même sur Concoret malgré l’exil des autres prêtes, évêques ect… Les autorités l’ont à l’œil.

En 1794, L’abbé Guillotin est très populaire, les villageois lui restant très fidèles et il s’est cependant mis à dos les autorités. Il est traqué, il continue à officier en cachette mais ne veut pas laisser sa paroisse.

Une nuit alors qu’il officiait clandestinement, le bruit d’un régiment se fit entendre. Il réussit à s’enfuir et se mit à courir sans s’arrêté. Il traversa une rivière pour que l’on perde sa trace et trouva ce chêne, il s’est souvenu que l’on pouvait rentrer dans son tronc. il s’y glissa pour s’y reposer ne pouvant plus aller plus loin par la fatigue.

2 membres de la garnison arrivèrent au chêne creux. Mais entre temps une toile d’araignée avait eu le temps de former. Ils constatèrent que vu la taille de la toile ce n’était pas possible que l’abbé soit à l’intérieur, ils passèrent leur chemin. L’abbé qui retenait son souffle pu respirer de nouveau et de soulagement.

On dit localement que c’est Notre Dame de Paimpont qui serait venu tisser la toile, elle qui savait bien langer l’Enfant Jésus. Elle avait donc substitué à l’araignée pour protéger l’abbé.

 

Qu’en est-il réellement ? 

L’abbé Guillotin a bien vécu à cette période et c’était bien un prêtre réfractaire mais l’histoire de la cachette dans le tronc tient plus d’une autre histoire, celle de Joachim Masson !

Prêtre réfractaire aussi, il serait bien caché dans le tronc pour échapper à la garnison et il aurait été sauvé par la toile d’araignée mais cet arbre dont on parle se situait sur la commune de Mauron au lieu dit Château-Gris. Il n’existe plus.

Avec le temps, on aurait transposé cette histoire à ce chêne des rues Eon encore debout ! On l’appel Chêne à Guillotin depuis les années 1970.

Et pour la venue de Notre Dame de Paimpont, je vous laisse juger 😉

Quand mythes et réalités se mélangent ….

 

 

Si vous voulez le voir, allez au village de Crozon à Concoret… Vous avez un parking sur le bord de la route. En tapant Chêne à Guillotin sur Google Map, le GPS vous y emmène aussi !

Vous ne pourrez pas louper ce chêne pédonculé !!

Le site a de nouveau été réaménagé puisque maintenant on ne peut plus approcher l’arbre. Donc merci au zoom de l’appareil photo pour les gros plans !!

 

Sources : tourisme-broceliande, broceliande.brecilien, alusion-fr, broceliande.guide

 

Avant le réaménagement, source (ici)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

venenatis risus ut libero et, Praesent