Ile et Vilaine,  Ville d'Art et d'Histoire

Fougères, La ville

On continue notre escapade, après le parc botanique, on file sur Fougères. Pas de fatigue avec le trajet, c’est à une dizaine de kilomètres!! Je mets l’aire de camping-car dans le GPS et on arrive sans problème mais malheureusement c’est complet … et encore certains auraient voulu bien se garer….

Bon je regarde de nouveau sur Park4Night et google maps et je trouve un autre parking, celui du Nançon. Un grand parking de l’autre coté du château où les camping-cars sont acceptés.

 

De là nous sommes passés par le Jardin du Val Nançon. Nous sommes tombés à l’entrée du Château. Finalement nous avons suivit le circuit touristique de la ville…. et c’est le même qui est cité dans le Guide Vert ! Ouf ^^.  Et nous voilà parti arpenter la ville et c’est bien le mot car pour accéder au Jardin Public avec l’église St Léonard et avoir une superbe belle vue sur le château, ça grimpe dur !!! Cette vue se mérite si vous venez du bas de la ville!

 

Histoire
L’origine

Fougères est à l’intersection de 2 voies romaines. l’Axe Chartres-Carhaix et Avranches-Nantes. Née au Moyen Age, on retrouve la trace d’un 1er  château en bois au Xème siècle dominant la vallée du Nançon. On voulait déjà protéger le Duché des invasions normandes et françaises.

Au Moyen Age, dans la basse ville, se développe la tannerie, le métier de tisserand ainsi que les drapiers sur les bord du Nançon.

La reconstruction

En 1166, la ville est prise par Henri II de Plantagenêt. Le château est détruit mais Raoul II le fera reconstruire, dès 1173,  cette fois-ci en pierre et de façon plus imposante et deviendra une place forte à la lisière du Duché. Cependant les Seigneurs de Fougères ont des intérêts du coté du Roi. Raoul III offrira même Fougères à St Louis !

La fille de Raoul III fera des travaux sur le château, et fera beaucoup pour la ville. La période du fin XIIIème siècle est calme et prospère  pour la ville.

Les batailles qui se suivent …

Le Roi Philippe Le Bel rachète le domaine de Fougères mais il est délaissé et surtout n’est pas entretenu. La situation ne s’améliore pas malgré la prise de la ville par Bertrand Du Guesclin, elle est victime de pillage. La population finit par demander de l’aide au Duché de Bretagne.

Un mercenaire d’Aragon, François de Surienne, provoque de nouveaux heurts en s’emparant de la ville en 1449. Massacres, pillages…. Il est au service des anglais, son but était d’allier la Bretagne à l’Angleterre par la force. Pour s’en débarrasser, le Duc de Bretagne, François Ier s’allie à Charles VII de France et ils siègent à Fougères. Malgré leur résistance, François de Surienne et ses hommes se rendent. Fougères sera de nouveau assiégée en 1488 par Louis de la Trémoille.

1532, le Duché de Bretagne est rattaché à la France mais suivent les guerres de religions et en 1589 Mercœur assiège la ville , elle devient son QG durant toute la Ligue.

Un peu de paix jusqu’à la Révolution

Au XVI ème siècle l’artisanat se développe toujours plus mais Fougères perd son rôle défensif avec l’annexion de la Bretagne à la France. Elle s’endormira jusqu’à la veille de la Révolution.

La Révolution est là et de nouvelles émeutes ont lieu. La chouannerie, à l’origine de cette rébellion, la division du clergé avec la Constitution civile du clergé et la Levée en masse (A la base le volontariat des hommes célibataires/veufs puis par tirage au sort pour renflouer les troupes des armées), c’est elle d’ailleurs qui déclenchera la guerre de Vendée.

En 1793, les paysans se soulèvent contre la levée en masse qui devaient prendre 767 hommes à Fougères. Pendant 8 ans la région de Fougères sera tantôt aux chouans, tantôt aux républicains non sans drames avec pillage, massacres, emprisonnement…. Le château deviendra une prison durant cette période.

L’ère industrielle

Au XIX ème siècle, se développe l’activité du chausson tressé. Auparavant, c’était la forte activité des sabots avec la forêt de Fougères. On appelait ces ouvriers des « chaussonniers » malheureusement elle fût touché par une crise en 1850 par l’arrivée de chaussons en tissu. L’industrie se reconvertit dans la chaussure et de multiples manufactures fleurissent. Jusqu’à 11 000 ouvriers en 1890. Fougères deviendra réputée avec de nombreuses marques reconnues jusqu’à son déclin dans les années 1970.

Si l’artisanat autour du chanvre et du lin a été très important, il y avait aussi une verrerie. Arrivée au XVI et XVII ème siècle par des verriers italiens, la région était prédisposée pour cet art. Il y avait toujours une verrerie au XIX ème siècle.

Un nouveau souffle pour le château

En 1892, la municipalité de Fougères (aidée de l’Etat) rachète le château au Baron Pommereul, le propriétaire des lieux depuis 1802. Le château est nettoyé et remis en l’état pour qu’il retrouve toute sa splendeur qu’il avait avant ses transformations du 18ème siècle. Le château ouvrira, ensuite, ses portes au public.

Fougères va souffrir de la seconde guerre mondiale. Elle fut touchée par les bombardements en 1944. Beaucoup de maisons à pans de bois ont dû être rasées.

 

 

Fougères est l’une des plus grandes forteresses d’Europe dans cet état de conservation. Un très bel arrêt sur image du Moyen Age du temps où Fougères était gardienne du Duché. Elle fut une pièce maîtresse des Marches de Bretagne.

Voici notre « petit » tour qui nous a pris une bonne partie de l’après midi !!

Débute de notre visite par le jardin du Val Nançon

 

Nous arrivons en devant l’entrée du château

 

Ca faisait bizarre vu que tous les commerces et le château étaient encore fermés (covid oblige). Une impression que tout le monde avait déserté!!!

 

La porte du château.

 

Pour continuer notre visite nous contournons le château dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Nous longeons les murailles qui du haut du rocher paraissent encore plus vertigineuses!!!!

 

Nous continuons vers la place du Marchix et ses quelques maisons à pan de bois

 

La maison de Savigny. Maison du 14 et 15ème siècle. Elle a été restaurée dans les années 1990.

 

Nous continuons vers le Jardin Public

Le soleil s’est enfin décidé à pointer le bout de sont nez donne une vue vue magnifique sur le château.

 

Nous contournons l’église pour nous retrouver dans la haute ville. Suite à un incendie au 18ème siècle les maisons ont été reconstruite en pierre. Subsiste seulement une maison porche !

 

 

Le beffroi a été construit en 1397, c’est le plus vieux de Bretagne et surplombe la forteresse. Inspirés des modèles flamands, ce sont les drapiers qui ont ramené cette découverte dans leurs valises lors de leurs voyages commerciaux en Flandres.  Il n’a pas de cadran. Si la course vers les sommets à été gagné par l’église puisque le clocher de l’église St Léonard dépasse le Beffroi de quelques mètres , les bourgeois auront tout de même réussi à rythmer le temps qui passe autre que par les fêtes religieuses et les offices des prêtres et ce depuis 600 ans !

Il a servi aussi de tour de guet à l’époque des maisons à pan de bois qui par leur promiscuité pouvait provoquer la rapide propagation des incendies.

 

J’ai nettement préféré cette ruelle, à la grande rue qui était dans le circuit de découverte!

Nous terminons notre tour par les remparts et avoir une autre vue du château avant d’arriver en bas de la rue qui mène à son entrée.

 

Nous arrivons à l’entrée du château…

Nous avons pris la rue du descend à gauche pour arriver à la grande porte de la forteresse et voir les moulins juste avant de sortir de cette forteresse.

Nous avons continué en reprenant le château par l’extérieur et remonter par le jardin du Val Nançon. Une belle balade qui nous a bien coupé les jambes!!!!

 

La cité a attiré bon nombre d’écrivains, comme Chateaubriand, Alfred de Musset, Balzac ainsi que Victor Hugo.

Si Vitré m’a conquise pars son quartier historique riche, Fougères elle, m’a complètement laissé bouche-bée sur le château ! Magnifique forteresse avec toutes ses tours… nous reviendrons pour le visiter (zut le covid pff…). Le jardin public mérite le détour pour la belle vue et pour la manière dont il est agencé.

 

Sources: Wikipédia, Le site du château, InfoBretagne

2 commentaires

  • Gilbert G M O T

    Bonsoir Une très belle ville , on ressent bien le côté militaire et ces vieilles pierres ont du être remanièes a de nombreuses reprises au fil des attaques successives .Merci pour cette belle présentation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans 20 ans, vous serez d’avantage déçus par les choses que vous n’aurez pas faites que par les choses que vous aurez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. Marck Twain

Pour suivre toute notre cavale !