Culturel,  Finistère,  Les plus beaux villages de France,  Petite cité de caractère

Locronan

Allez on repart à la visite des petits bourgs bretons …

Lors d’une vadrouille, je tenais à montrer à Baptiste le bourg de Locronan…. Connaissez vous ?

 

 

Situé un peu en recul de la Baie de Douarnenez, à une 15zaines de km de Douarnenez, c’est une Petite Cité de Caractère et classée au monuments historiques depuis 1924. Elle fait partie maintenant des plus beaux villages de France.

Je l’avais découvert en week end avec mes parents lorsque j’étais ado, il m’avait particulièrement plu et l’on avait acheté un kouign amann à la boulangerie qui était divinement bon ^^ de bons souvenirs là !

Le temps semble s’être figé quand on arrive dans cet écrin où tout est fait de pierres de granit, il n’y avait que les quelques voitures qui trahissaient cette idée ! surtout que nous étions assez matinal et il n’y avait quasiment personne !

 

 

 

On a déambulé tranquillement dans les rues et il y a quelques boutiques d’artisanat dont une petite boutique « Krisand » qui vendait des pierres et bijoux où Baptiste a pu choisir des pierres pour sa collection. La gérante est très sympathique.

 

 

En fouillant un peu sur le net je me suis rendue compte que Locronan a toute une histoire qui remonte bien loin!

Locronan signifie le lieu sacré de St Ronan ou lieu de l’ermiatge de St Ronan. Avant que Saint Ronan ne débarque de sa terre irlandaise, les celtes qui était là, étaient très proches de la nature et y vivaient avec l’influence des druides. Ils avaient créé un Nemeton.

Euh qu’est ce que c’est ? C’est un parcours long de 12km représentant les 12 mois celtiques où chaque mois représente une divinité. Il est encore existant de nos jours puisque tous les 6 ans un pèlerinage à lieu bien connu sous le nom de Pardon de la Troménie, le dernier a eu lieu l’année dernière.

Voici la carte du parcours initiatique.

St Ronan

Ronan était un évêque irlandais du V ème siècle.  Guidé par un ange, il serait arrivé en Bretagne via l’île Molène. Il rencontre beaucoup de succès avec ses miracles de guérison. Installé sur la région Brestoise mais voulant retrouver un peu de paix, il repart en route et s’installe dans la forêt de Nevet à proximité de Locronan. Un paysan va l’aider à construire son ermite et Ronan va lui enseigner la religion. Quant à la femme du paysan, Keben, elle n’apprécie guère ce rapprochement !

Elle va se plaindre à Ronan mais elle finira par aller voir le roi Gradlon. Elle accusera Ronan d’avoir tué sa fille de 5 ans qu’elle aura cachée dans un coffre. Ronan est arrêté et mis en prison. Lors de son jugement devant Dieu, il est sorti de sa prison et confrontée à 2 gros chiens méchants mais lorsque Ronan fait son signe de croix, les chiens se couchent à ses pieds. Le roi Gradlon (histoire et légende ici) est surpris et lui rend la liberté. Cependant, on découvre la fille de Keben dans le coffre morte étouffée. Ronan la ressuscitera. Keben lui demandera pardon mais s’acharnera de nouveau contre lui.

Il finira par partir et rejoindra le secteur de St Brieuc, où il va mourir. Bien que plusieurs comtes de la région réclament le corps, on décide de le mettre sur une charrette tirée par 2 bœufs et de le laisser s’en aller au gré des bœufs. Ils s’arrêteront le long du ruisseau où Keben lave son linge, à l’inspection de la dépouille de Ronan, le sol s’entrouvre et Keben disparaît dans les entrailles de la Terre. Les bœufs  s’arrêteront plus loin au bois de Nevet, La dépouille de Ronan sera donc enterré là .

 

 

Locronan

Le bourg se développe surtout à partir du XV ème siècle avec le commerce du chanvre et du lin. Le chanvre étant utilisé pour les toiles de bateau et le lin pour le linge. Le climat et les nombreux cours d’eau de la région ainsi que la proximité du port sont propices à ces cultures et à son commerce.

Tout part de l’ancien port de Pouldavid à  Douarnenez, où il était important pour l’époque. Les bateaux allaient et venaient des autres autres ports de France ou des ports des pays nordiques. Le commerce du chanvre, du lin, de blé ou encore de sel était important.

Avec l’histoire de St Ronan, beaucoup de pèlerins y viennent et les avantages fiscaux donnés par les Ducs de Bretagne, les tisserands vont être nombreux à s’installer et à développer ce commerce de toiles appelées Olonnes (nom certainement donné du fait que l’on emballait le sel qui venait des Sables d’Olonne dans ces toile de chanvre), voire de Boldavid car partaient du port de Pouldavid ou encore de Locornan (ou Lokournan) par leur fabrication à Locronan .

D’ailleurs, suivant où les toiles étaient fabriquées, le nom diffère. Pour le pays du Léon, on parle de « crée », les toiles de lin des Côtes d’Armor sont appelées « les bretagnes » et les toiles de chanvre du pays rennais sont appelées « les noyales« .

L’apogée des toiles se fera au 16ème siècle notamment avec les commandes pour le port militaire de Brest et celui de  Lorient pour la Compagnie des Indes. La ville attirera commerçants, artisans et la bourgeoisie et donc assurer la prospérité.

C’est au courant du 17ème siècle que la concurrence se fait durement sentir et fin 18ème le déclin est  inévitable. La mécanisation des métiers à tisser est passée par là notamment par les industrie du nord de la France et les bateaux toujours plus gros, les voiles sont proportionnelles et donc devenues beaucoup trop grandes ! Le travail restera sur les voiles des petits bateaux, sacs et habits des marins. Le dernier métier à tisser s’arrêtera à l’aube de la guerre de 14.

 

De ce qui reste de cette époque ce sont ces très belles demeures et édifice religieux qui montrent bien la richesse apportée par ce commerce de ces toiles.

 

 

Le musée que nous n’avons pas été voir, il abrite des peintures bretonnes du début du 20ème siècle. les infos sont ici.

 

Nous avons repris la route direction la Presqu’île de Crozon…

 

Sources :

paroisse sante anneanecdotripinfobretagnePlogonnecinet-bretagneterresceltesLocronan

linchanvredebretagne

2 commentaires

  • G M O T Gilbert

    Superbe village que nous visitons a chaque fois que l on passe en Bretagne . Malgré la fréquentation il garde quant même son charme

    • Les bretons

      Effectivement l’été, c’est beaucoup beaucoup de monde. Quand nous sommes parti en milieu de matinée, il y avait déjà la queue pour pouvoir se garer et le monde arrivait sur la place … On était mi-août! Nous avions bien fait de venir tôt.
      Mais comme vous dites, il garde quand même son charme 🙂
      Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

justo ut ut ut commodo eleifend