Finistère,  Patrimoine religieux

Plomodiern, La chapelle Sainte Marie du Ménez Hom

Petit retour en Finistère ! Je ne vous ai pas encore tout montré de Brocéliande mais il faut faire durer un peu le plaisir non ?!

Aujourd’hui une chapelle et là aussi les légendes perdurent !

Lorsque nous avions été sur les sommets du Menez Hom, nous nous étions arrêté à la chapelle de Ste Marie du Menez Hom. Elle borde la route, la D 887, on ne peut pas la louper malheureusement le temps n’était pas avec nous…. Dommage !

 

Nous sommes sur l’axe Chateaulin-Crozon au pied du Menez-Hom, à Ste marie du Menez Hom, petit hameau non loin du col du Menez Hom (211 m). C’était autrefois un haut lieu de fréquentation. Il y a quelques siècles, c’était le grand carrefour, de Chateaulin vers Crozon et de Brest vers Locronan/Douarnenez par la vallée de l’Aulne. Avec ce passage, quelques auberges/gîtes se sont construit autour de la chapelle où l’on trouvait le gîte et le couvert.

Bien que toutes disparues aujourd’hui, 4 grandes foires se tenaient de juin à septembre  (dont le 15 août et 8 septembre). Il y avait le commerce d’animaux, produits de la ferme mais aussi textile avec le commerce du lin et du chanvre. Si bien qu’il y avait des taxes lors de ces foires. Elles étaient toutes au profit de la chapelle d’où sa beauté et surtout celle du retable à l’intérieur avec les statues des Saints en référence aux dates des foires. Une foire aux chevaux avaient encore lieu en 1922.

 

Le clocher-porche : 1668-1773

 

Cette chapelle est à la base est une ancienne chapelle des Templiers (Ordre religieux et militaire à l’époque du Moyen Age). La sacristie porte le nom « Chambre des moines rouges », un clin d’oeil à la couleur des Templiers ! Cependant si l’on remonte bien avant, elle serait construite sur les ruines de la chapelle érigé par le roi Marc’h (la légende du roi aux oreilles de cheval), ce roi tyrannique mais qui avait une dévotion totale pour la vierge Marie.

Les débuts des travaux de la chapelle daterait de 1570 jusqu’aux années 1770.

 

Le calvaire : 1544

 

 

L’arc de triomphe de l’enclos : 1739 avec la statue de St Hervé qui est localement lié à St Mahouarn patron de la paroisse de Plomodiern. Fêté le 17 juin, une des foires se tenait ce jour là.

 

 

 

Selon la légende

Le roi Marc’h faisait parti de la tribu royale du Cheval. Son nom en total accord puisque « marc’h » signifie cheval en breton ! Il régnait sur la région de Poulmarc’h, aujourd’hui Plomarc’h. C’est un site naturel au bord de mer juste à coté de Douarnenez. Il possédait un superbe cheval qui s’appelait Morvarc’h (cheval de mer en breton) dont les sabots d’argents ne laissaient pas de traces. Il galopait aussi bien sur la terre ferme que sur la mer. Mais un jour de chasse, le roi Marc’h aperçut une biche blanche. Il voulu l’attraper, il était au galop derrière elle, arrivée sur une plage de la baie de Douarnenez, elle fît un bond pour arriver sur des rochers émerger de la mer. De la falaise, le roi Marc’h tire une flèche mais la biche l’attrape au vol et la renvoie vers le rivage et touche le cheval Morvarc’h au poitrail.

Le roi Marc’h saisit son poignard et voulu aller jusqu’au rocher, la biche avait disparu mais une femme s’y tenait. Il comprit que c’était Dahut, la princesse d’Ys (une autre légende! vous connaissez?). Pour le punir, elle lui fît porter une crinière et les oreilles de son cheval Morvarc’h. Elle retourna auprès du cheval pour le ressusciter mais sans sa belle crinière et avec des oreilles humaines! Elle reparti sur le dos du cheval en criant d’un ton moqueur « Le roi Marc’h a les oreilles du cheval Morvarc’h » .

A la fin de sa vie et bien après l’histoire avec Tristan, son neveu et Yseult (là aussi une autre légende!! Vous connaissez aussi celle-ci?), il revint en terre d’Armorique. Il rebâtit  son château tombé en ruine et reprit sa place de roi. Malheureusement avec tout ce qu’il s’était passé dans sa vie, il était devenu aigri et tyrannique cependant il avait aussi un bon coté puisqu’il pouvait distribuer sa richesse aux pauvres. Il oubliait ses malheurs dans l’alcool dont l’l’hydromel (la boisson des Dieux, un alcool à base de miel)

A sa mort, Dieu voulu l’envoyer en Enfer mais Sainte Marie pris  sa défense. Dieu accepta de revenir sur sa décision mais à une condition. Son âme devra rester dans sa tombe jusqu’à ce que cette tombe soit assez haute pour que le roi puisse voir le clocher de la chapelle. Enterré sur le Menez Hom, il en était coutume pour les rois, il avait été cependant enseveli sur le versant opposé de la chapelle Ste Marie !

Sainte Marie descendit sur Terre et dans sa robe mit une grosse pierre pour la mettre sur la tombe du roi Marc’h. Un mendiant qui passait là lui demandât l’aumône, elle accepta si le mendiant faisait de même avec une autre grosse pierre. Il s’exécuta et reçu une belle pièce d’or. Il l’a remercia et dans la conversation, il lui fît part de son attachement à l’égard au roi Marc’h.

Sainte marie lui expliqua qu’il pouvait sauver son âme, que l’endroit où il venait de déposer la grosse pierre était sa sépulture. Il fallait qu’il dise à toutes les personnes qu’il pouvait côtoyer d’en faire de même pour que, du haut de sa tombe, le roi Marc’h puisse voir le clocher de la chapelle et ainsi connaitre la rédemption et monter au Paradis.

J’ai essayé de résumer^^ ! Extrait de « contes et légendes du pays Breton » de Yann Brekilien

 

Depuis ce temps là et jusqu’à aujourd’hui, les randonneurs y jettent quelques pierres pour que peut-être un jour ….

Depuis 2005, l’office de tourisme de Finistère à créer un sentier de randonnée au départ du sommet du Menez Hom. Un circuit de 54 étapes dénommé « Sur les pas du roi Marc’h » qui vous mènera de la sépulture du roi à Locronan.

 

L’intérieur de la chapelle est juste magnifique, le retable a été restauré il y a quelques années.

Sablières des années 1500 et représentant les scènes de labour.

 

Sources : Wikipédia, bagadoo, routes touristiques

2 commentaires

  • G M O T Gilbert

    Bonsoir Cette partie de la presqu ile Bretonne est pour moi la plus belle . Je suis toujours en admiration devant les églises , chapelles et calvaires :tout ce granit sculpté malgré sa dureté nos ancètres avaient beaucoup de talent

    • Les bretons

      Bonjour Gilbert, je pense exactement pareil ! Je reste scotchée devant ces édifices je les adore ! Et j’adore le Finistère pour ça, c’est magnifique. Faire tout ça alors qu’ils étaient loin d’avoir ce que l’on a aujourd’hui pour travailler c’est remarquable et comme vous le dites, ils avaient du talent ! Il faut préserver ce patrimoine. Bon week end 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

consequat. facilisis ut Praesent id sed quis, Praesent leo. pulvinar