Ile et Vilaine,  Patrimoine

Combourg, Le château

L’été dernier nous avons été jusqu’au château de Combourg ! Evidemment ça n’a pas super emballé Loulou lol …Bah tant pis, le pique nique dans la voiture et hop en route !

Nous sommes à mi-chemin entre Rennes et St Malo.

On s’est garé en bas de la ville, en face du Lac Tranquille. Quand on arrive à Combourg on devine les tours du château, elles sont déjà imposantes de loin alors qu’est ce que doit être une fois que l’on est au pied !!

 

Une fois rentré dans le parc …comment dire, on se sent tout tout petit devant le château !!! Nous avons suivit la visite guidée où Baptiste a traîné les pieds… pour pas changer !! ^^

Le tarif à un certain coût (voir tarifs en fin d’article) mais je trouve dommage d’aller voir quelque chose sans en connaître quelques détails. Voir un château de près c’est bien mais de l’intérieur c’est mieux !!

A l’accueil du parc du château, salon de thé et toute une boutique, avec évidemment beaucoup de choses pour les enfants mais aussi beaucoup de livres sur les légendes de Brocéliande, les châteaux de Bretagne, l’Histoire de Bretagne ect …

Quand on parle du château de Combourg, on fait aussitôt le rapprochement avec l’écrivain François-René de Chateaubriand puisqu’il y vécut dans sa jeunesse et qu’il en parlera dans Mémoires d’outre tombe.

 

 

Coté Histoire

La région étant souvent attaquée par le Duché de Normandie (Aaah ces Normands!!^^), l’évêque de Dol fait construire en 1016 un donjon pour le 1er Seigneur de Combourg, son frère Rivallon.

Ce donjon , le Tour de Maure (celle de gauche face au château) sera reconstruite au XII et XIII ème s. Puis viendra au XIV ème s. la Tour Sybil au sud-est puis reliera au sud-ouest la Tour du Chat.  Enfin au XV ème s. la Tour du Croisé qui reliera par la façade nord la Tour du Maure.

Et voilà notre château à 4 tours d’époques différentes d’où le style qui diffère un peu d’une tour à l’autre.

 

Petite parenthèse

Combourg fait partie des Marches de Bretagne. Cette zone frontalière avec le reste de la France au Moyen Age. Oui car à cette époque là, la Bretagne était indépendante…. vous vous souvenez?

De Dol de Bretagne à Clisson en passant par Fougère, Saint Aubin du Cormier, la Guerche de Bretagne, Chateaubriant, Ancenis, Guérande, Vitré ect … et bien évidemment Combourg  … de multiples châteaux forts étaient construit pour protéger la Bretagne.

Cette zone de front où, des années 840 jusqu’à la fin du XV ème s. avec Anne de Bretagne, même si c’était  beaucoup d’échanges économiques comme culturels… c’est surtout la guerre qui fît des ravages et le sang a beaucoup coulé durant ces siècles ; On connaît la guerre de 100 ans ou encore la guerre de succession de Bretagne.

C’est en 1532 que le Duché de Bretagne sera rattaché au Royaume de France.

 

Concernant notre château, il va traverser les siècles et c’est René Auguste de Chateaubriand qui, en 1761, achète le château à son oncle, le Duc de Duras. Il le réaménage et fait venir sa femme et ses enfants de St Malo en 1777. François René (le futur écrivain), son fils et dernier de la fratrie, est âgé de 8 ans quand il arrive.

Il parlera de cette enfance au château, qu’il mettra par écrit dans ses célèbres Mémoires d’Outre Tombe.  

En 1786, René Auguste de Chateaubriand décède et c’est son fils aîné Jean-Baptiste qui hérite du château. Il est magistrat au Parlement de Paris. Seulement la Révolution Française passe par là et Jean-Baptiste, sa femme et une partie de la famille de cette dernière vont être guillotinés.

Le château va être confisqué, pillé, en partie brûlé. Il sera restitué en 1796 au fils de Jean Baptiste, Louis-Goeffroy de Chateaubriand seulement âgé de 7 ans. Il n’y viendra jamais mais mettra à disposition la salle de garde du château pour que les enfants puissent recevoir une éducation.

Le château restera ainsi, inhabitable, 80 ans. Le château va, cependant, devenir lieu de pèlerinage littéraire grâce aux écrits de François René de Chateaubriand.

Goeffroy de Chateaubriand, petit-fils de Jean-Baptiste de Chateaubriand va entreprendre la restauration du château en 1875.

Durand la 1ère guerre mondiale le château servira même d’hôpital.

Aujourd’hui, il est toujours habité par la descendance de Jean Baptiste de Chateaubriand. De ce fait, il n’y aura pas de photo de l’intérieur.

 

L’énorme escalier, remplaçant le pont de levis. Entre les taillades sur la façade les armoiries de la famille De Chateaubriand

 

Les mâchicoulis de l’intérieur et vue sur l’extérieur.

 

 

Côté Parc

Il fait 25 hectares.

Denis et Eugène BUHLER s’occuperont du parc (et Ernest THRILE réaménagera l’intérieur du château) lors de la restauration à partir de 1875. Ils en feront un parc à l’anglaise.

Ce sont les mêmes personnes qui s’étaient occupés du château de kegehennec à Bignan (56)

Depuis 2012, le faux cyprès de lawson de 250 ans porte le label d' »Arbre Remarquable ».

 

Un faux cyprès de lawson de 250 ans.

 

Côté Légendes

« … Les gens étaient persuadés qu’un certain comte de Combourg, à jambe de bois, mort depuis trois siècles, apparaissait à certaines époques, et qu’on l’avait rencontré dans le grand escalier de la tourelle ; sa jambe de bois se promenait aussi quelquefois seule avec un chat noir. ». 
Mémoires d’outre-tombe, livre troisième, chapitre 3

Au Moyen Age, les chats étaient loin d’avoir la côte qu’on leur connait aujourd’hui. C’était plutôt le contraire, on associait cet animal, au mal, aux sorcières, ils portaient malheur.

La légende des chats noirs. Il était courant que l’on emmure des chats noirs voire des bébés mort-nés non baptisés (fruit du Malin) lors de constructions pour conjurer le mauvais sort. Le château de Combourg n’a pas dérogé à la règle puisque lors de la restauration du château, notamment la tour du chat, on retrouvera un chat momifié du 14 ème s. On peut le voir quand on visite la chambre de François René de Chateaubriand qui était tout en haut de la tour du chat. Je peux vous le dire que ça fait froid dans le dos …

Il y a aussi la légende de la jambe de bois et du chat noir. Bon le chat on comprend vite le pourquoi du comment mais la jambe de bois, elle appartiendrait au comte Malo-Auguste de Coëtquen, un seigneur de Combourg qui perdit sa jambe lors d’une terrible bataille en 1709. Il décédera au château. Sa jambe de bois hanterait depuis les escaliers accompagnée du chat noir…

La légende du Lac Tranquille. Le seigneur Rivallon, se promenant non loin de la fontaine Margatte aide un lutin à sortir des broussailles où sa barbe était coincée. Le lutin pour le remercier lui révèle un secret, une pierre blanche jetée dans la fontaine ne la ferait plus déborder. Quelques temps plus tard, le seigneur trouve sur chemin une veille dame où l’échange fût quelques peu houleux. Pour se venger la veille femme fît déborder la fontaine pour inonder le village et le château. C’est alors que le seigneur s’est souvenu de ce que lui avait dit le lutin. Il allât chercher cette pierre blanche et la jeta dans la fontaine. La fontaine retrouva son débit habituel, reste aujourd’hui ce Lac Tranquille.

———————————

Venue avec un petit garçon…. repartie avec un chevalier ^^

Tarifs 2020

Visite du château (1h) :
Enfants de moins de 5 ans : gratuit
Enfant de 5 a 12 ans : 4.70€
Etudiants : 6.70 €

Adultes: 8.70€

Visite du parc : 3.70 €

Lac Tranquille Gratuit

Plus d’info clic sur le site du château ici 

Sources :  wikipédia, chateau-combourg, patrimoine-histoire

2 commentaires

  • Gilbert GMOT

    Bonjour Finalement le chevalier a trouvé son bonheur !

    pour moi ça me rappelle de vieux souvenirs du collège ….

     » La fenêtre de mon donjon s’ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j’avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage ….. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *