Les forêts enchantées,  Morbihan,  Patrimoine

Campénéac, Le château de Trecesson

Aux abords de la forêt de Brocéliande, ce château en pierre de schiste rouge est plus célèbre pour ses légendes que pour son histoire !

A la sortie de Campénéac en direction de Beignon, prendre à gauche Paimpont (D312) et à environ 2 km tourner à droite, c’est indiqué.

 

Entouré d’eau, il a traversé les siècles en gardant ses traits médiévaux, le temps semble s’être arrêté quand on le regarde. Le château, tel que l’on le voit, date de la fin du 14 ème début 15 ème siècle. A l’origine du château, Jean de Trecesson mais l’on retrouve déjà des traces d’un château au 8ème siècle où les seigneurs de Campénéac et de Ploermel y demeuraient.

Il restera dans la famille Trecesson jusqu’en 1773. La dernière porteuse de ce nom, Agathe de Trecesson se marie avec René-Joseph Le Preste de Chateaugiron. Ce dernier le vendra en 1793.

C’est ensuite Mr de Sivry qui en sera propriétaire qui est payeur aux armées. Après avoir servir de Ferme-école pour l’Ecole d’Agriculture du Morbihan pendant la Restauration, il sera acquit par la famille De Prunelaie qui habite toujours les lieux.

 

 

Pendant la Terreur, Jacques Defermon des chapelières, homme politique girondin y restera caché pendant plus d’1 an suite à la signature d’une protestation contre l’exclusion des Girondins (groupe politique siégeant à l’Assemblée législative puis à la Convention Nationale pendant la Révolution Française).

 

 

Même si le château semble avoir été dans une bulle qui a traversé les siècles puisque qu’épargné des guerres, il en est tout autre coté légende … n’oubliez pas nous sommes dans une forêt enchantée !! ^^

 

Il y a plusieurs histoires autour du château, si celle de la dame blanche (ou de la mariée de Trecesson) est la plus célèbre, il aussi celle des joueurs de cartes, du curé sans tête ou encore le manoir du Pied d’Ânon.

 

 

 

La mariée de Trecesson 

Une nuit de 1750, un braconnier guettait une proie dans un talus lorsqu’il entendit des bruits lointains. Il se cacha pour ne pas être vu. Une voiture attelée, ainsi qu’un cortège de personnes, passa et s’arrêta dans le champ voisin.

Des hommes muni de bêches et de pioches se mirent à creuser profond. Deux hommes sortent de la voiture et extirpe avec violence une jeune femme vêtue d’une belle robe de mariée et couronnée de fleurs. Elle se jeta aux pieds de ces hommes en les suppliant de lui laisser la vie sauve mais les hommes restèrent froids sans aucun sentiments.

Une fois le fossé creusé, ils prirent la jeune femme et bien qu’elle se débattait, ils la jetèrent dans le fossé et s’empressèrent de la recouvrir de terre pour ne plus entendre les gémissements et les cris. Les hommes remontèrent dans la voiture et partirent au galop.

Le braconnier qui avait tout vu de la terrible scène, ne voulu aller déterrer la jeune femme de peur de se faire accuser. Il décida d’aller voir Mr de Trecesson en tambourinant tout ce qu’il pouvait à la porte du château en criant « On meurt dans vos champs! ». Mr de Trecesson fit venir toutes les personnes de la maison sur les lieux du drame.

La jeune femme fût dégagée de la terre, elle ouvrit les yeux et dans un long soupir les referma pour toujours. Ils ont porté le corps jusqu’à la chapelle où ils ont veillé sur elle jusqu’à la fin de la nuit. Par la suite Mr de Trecesson avait entamé des démarches pour retrouvé les assassins mais en vain, jamais il n’a pu savoir qui elle était et pourquoi ce terrible sort. Il a envoyé plusieurs messagers dans les villages voisins mais personne ne réclama le corps, il a donc organisé les funérailles de cette jeune femme où il y eut foule. Pour la nommer, on entendait chuchoter la Dame Blanche.

Mr de Trecesson qui ne désespérait pas de découvrir son identité avait déposé la robe de mariée ainsi que la couronne de fleurs à la chapelle du château à la vue de tous. Elle fût visible jusqu’à la Révolution …

Depuis, les soirs de pleine lune, la Dame Blanche serait là …. aux abords du château ….

 

Les autres légendes du château sont ici (clic)

 

 

En face, le pigeonnier qui a été restauré.

Source ici dans les livres

2 commentaires

    • Les bretons

      Bonjour Gilbert, on ne peut pas le visiter car encore habité mais c’est possible lors des journées du patrimoine. Effectivement les légendes il y en a beaucoup !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *